Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De la puissance des femmes, et de la conscience qu'elles en ont.

Il était une fois une femme qui ne savait plus que faire pour retrouver son mari.

Celui-ci, revenu de la guerre, ne parlait plus, s’isolait, et n’exprimait que colère.  

Après avoir tout essayé, elle prit conseil auprès de la plus ancienne, une grande sorcière.

Celle-ci lui qu’il lui faudrait traverser monts et précipices, et affronter un terrible ours dont elle devrait ramener un poil du menton et le faire cuisiner pour son mari.  

L’épouse du rassembler tout son courage, s’appuyer au plus profond de son amour, pour franchir toutes les étapes, au péril de sa vie.

Mais lorsque, de retour à la maison et ayant respecté strictement le protocole indiqué, elle ne constata aucun changement dans l’attitude de son mari, elle décida de s’en inquiéter auprès de la vieille femme.

Celle-ci, lui fit alors remarquer, non sans une pointe de malice, qu’une femme qui avait surmonté d’aussi dures épreuves et affronté le plus terrible des ours… ne devrait pas craindre grand-chose des humeurs de son époux. Elle la renvoya à son foyer … munie de la plus belle des recettes : sa confiance en elle, prouvée par l’expérience.  Bien plus efficace qu’une quelconque formule magique !

 

Ce conte fait partie des nombreux récits, magnifiquement repris par Clarissa Pinkola Estés dans « Femmes qui courent avec les loups ». Un trésor à faire lire à vos femmes, vos sœurs, vos filles, vos mères, empli de messages de confiance et de sagesse, et à vos maris, frères, fils, pères, puisque le regard sur soi change aussi sous le regard de l’Autre.

 

Dans les arts martiaux aussi, il est intéressant d’interroger les représentations sur les forces et faiblesses attribuées, par automatisme, aux hommes ou aux femmes, négligeant d’observer ce que chaque personne est, et quel est son potentiel. Un chemin de connaissance de soi et de progression.

 

Bonne lecture !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :