Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Mandelbaum

Les Jardins De Gilgamesh est une association dédiée à la découverte, la pratique et l'exploration de certains outils pour cultiver uin art de vivre. Ses fondateurs pensent que la médiation et la pratique des arts martiaux peuvent contribuer considérablement à améliorer la qualité vie de chacun.

Dans la médiation comme dans les arts martiaux, il y a cette confiance dans la capacité de chacun à transformer une situation, une tension, à apprendre sur soi pour dénouer la situation avec l'autre, avec les autres.

Dans les deux cas, il s'agit de pratiques "atypiques" : le médiateur ne vient pas avec une solution. Il n'en trouvera pas. Il permettra aux parties prenantes au conflit de trouver ensemble la meilleure pour elles. De même, les arts martiaux ne sont pas la solution la plus rapide. Des techniques de combat pourront être plus efficaces parfois... mais il y a fort à parier que la situation ne se présentera même pas de la même façon à un pratiquant d'arts martiaux, du fait de l'apprentissage auquel il s'est adonné.

La médiation et les arts martiaux supposent de prendre du temps et de créer des espaces bien particuliers, dans lesquels "autre chose" pourra se jouer. Ce sont des espaces de créativité.

"Les Jardins de Gilgamesh" seraient ces espaces.

Mais au fait, qui est Gilgamesh ?

Gilgamesh était un roi. Un roi mésopotamien. Son épopée est aujourd'hui la plus vieille histoire de l'humanité qui nous soit parvenue.

Elle a été retrouvée par des archéologues allemands en Syrie, au siècle dernier. 12 tablettes d'argile remplies d'écriture cunéiforme. Les déchiffrer fut une épreuve, encore inachevée.

Elle nous raconte l'histoire d'un prince qui, aux deux tiers divin, et un tiers humain, était doté d'une énergie exceptionnelle. Au point que son peuple finit par se plaindre aux Dieux de ses insatiables élans bagarreurs et sexuels.

C'est ainsi que fut créé Enkidu. De même force que Gilgamesh, il était, lui, partiellement homme, partiellement animal. Et c'est à partir de la rencontre avec ce "même que lui mais sauvage" que Gilgamesh commença à se transformer.

D'abord, il leur fallut trois jours et trois nuits de combat pour comprendre qu'ils étaient de force égale et qu'aucun des deux ne gagnerait.

Puis, ensemble, ils entamèrent un incroyable voyage à l'issue duquel Gilgamesh retrouva sa Cité en roi apaisé. Il découvrit la fraternité, l'amour, la tentation, le désespoir, les victoires, la mort, le deuil, la frustration.

Nous apprenons de son retour qu'il fut acclamé par son peuple, désormais reconnu comme un roi juste et bon, et que sa Cité, la grande Uruk, rayonna longtemps de son prestige.

L'idée du titre de l'association vient de cette question : une fois que Gilgamesh est rentré à Uruk, il est fort probable qu'il a du passer bien du temps à raconter son épopée, à partager sa sagesse, à écouter les uns et les autres pour bien gouverner, en traversant les jardins de son palais, en y recevant, et en les contemplant.

Et c'est ce lieu que nous proposons d'ouvrir à l'imagination, pour cultiver d'autres manières de vivre, et d'autres façons d'agir.

Belle épopée à chacun !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :